Protecteur de votre environnement

Mouches

Il y a bien des espèces de mouches au Québec. Dans le domaine de la gestion parasitaire, les espèces comme la mouche domestique, la mouche verte ou bleue de la viande, la mouche pollénie ou la mouche drosophile font parti des parasites considérés des plus nuisibles car ils sont d’importants vecteurs de bactéries..

Lorsqu’il est question de contrôle de mouches, il est tout d’abord important d’identifier correctement l’espèce. Plusieurs mouches se ressemblent mais n’ont pas les mêmes mœurs ou comportements. En ayant une identification précise, nous sommes en mesure de trouver plus facilement la source de l’infestation.

La Mouche domestique




Extermination - Exterminateur de Mouche domestique – Exterminateur Région de Granby - Estrie - Guide d'identification ABC Gestion Parasitaire

Description de la mouche domestique :

La mouche domestique fait parti de la famille des muscidés et de l’ordre des diptères (une seule paire d’ailes). Les adultes mesurent de 5 à 8 mm de long. Leur thorax est gris, avec quatre lignes noires longitudinales sur le dos. La face ventrale de l'abdomen est grise. Le corps entier est recouvert de poils. Elles ont des yeux composés rouges. Les femelles sont légèrement plus grosses que les mâles. Les pièces buccales de la mouche forment une trompe se terminant par deux coussinets munis de pores, par lesquels la mouche aspire sa nourriture.

Cycle de vie de la mouche domestique :

Chaque femelle peut pondre 500 et même jusqu'à 1 000 œufs dans sa vie. Les œufs sont blancs et mesurent environ 1,2 mm de longueur. Au bout d'une seule journée, les larves (asticots) en sortent; elles vivent et se nourrissent sur la matière organique sur laquelle elles ont été déposées (restes de tables, charogne, excréments etc..) Les asticots sont blancs pâles, faisant de 3 à 9 mm de long. Ils sont plus fins dans la région buccale et n'ont pas de pattes. A la fin de leur troisième mue, les asticots rampent vers un endroit frais et sec et se transforment en pupes de couleur rougeâtres ou bruns et mesurant environ 8 mm. Après avoir émergé de la pupe, les mouches cessent de grandir. De petites mouches ne sont pas des mouches jeunes, mais ce sont des mouches qui n'ont pas eu assez de nourriture durant leur stade larvaire. Généralement, la durée de vie d’un adulte est de deux à trois semaines.

Les mouches dépendent des températures chaudes; généralement, plus la température est chaude, plus les mouches se développent. Durant l'hiver, la plupart d'entre elles survit au stade de larve ou de pupe dans des lieux chauds protégés. Donc, l’influence de la température influe beaucoup sur la vitesse de développement de la mouche. Par exemple, à 18 degrés, le cycle complet se fait entre 23 et 30 jours et à 30 degrés, il se fait entre 9 et 11 jours.

Généralités de la mouche domestique :

Les mouches ou leurs œufs peuvent transmettre des vers intestinaux et constituent des vecteurs potentiels de maladies comme la dysenterie, la gastro-entérite et plusieurs autres maladies virales. Ils ont cette capacité de liquéfier les aliments en régurgitant sur eux des sucs digestifs et le contenu de leur estomac. Ce liquide est ensuite aspiré par les pièces buccales capables de sucer. Par cette action, les organismes pathogènes sont transportés car la mouche change souvent de surfaces.

Prévention contre la mouche domestique :

La mouche domestique doit être contrôlée par une vigilance sanitaire.

  • Jeter les poubelles régulièrement s’assurer qu’elles soient bien fermées. Pendant les périodes chaudes de l’été, il est recommandé de ne pas jeter des restes de viandes ou de d’autres matières organiques. Les garder au congélateur et attendre le jour de la récolte des poubelles pour les jeter car ces sources sont d’excellents sites de ponte.
  • S’assurer de l’extrusion des lieux (moustiquaires et seuils de portes en bon état)
  • Ramasser régulièrement les excréments d’animaux sur le terrain.
Traitement contre la mouche domestique :

Le contrôle de la mouche domestique dans les bâtiments peut être compléter avec des appareils à néons ultraviolets et par des traitements occasionnels. Quand la situation semble devenir hors de contrôle, il est toujours préférable de faire appel à un spécialiste en gestion parasitaire afin d’établir un plan d’action.